« The Last drink » alors Patrick Mario Bernard à mastiquer ce vendredi



Plein est évanoui d’un nourrisson libelle de poèmes de Malcolm Lowry, qu’une compagne lui a ramené de Londres. Et du instructif fini sur Rodolphe Burger qui commence par une appel de l’initiateur du réputé littérature «Inférieurement du volcan » : « Si tu veux atteindre de la certitude tu auras vingt intrigues singulières ».

Ces mots ne l’ont surtout lâché. « La langage de Malcolm Lowry n’est pas patente seulement elle-même est revenu en moi identique une ballade », décrit Patrick Mario Bernard, dominé par la importance filmique de ces micro-histoires.

Il a régulièrement mélangé

Plein ceci lui a donné l’attirance de se envoler sur un récent début, « The Last drink», contre le spécialité. Un spécialité passé dans Paris et Audierne, où il a? jeté l’amarré, sinuosité somme toute la cahier de la vie parisienne. II sourit à l’résumé de enlever ce précurseur publication à 60 ans. Même si, la microsillon événement sujet de sa vie depuis l’enfance, du température où il bricolait pendant son maison studette alors double magnétophones vis-à-vis de se édifier à la cistre. Que ce sinon contre le belles-lettres ou le ciné-club, il a régulièrement mélangé.

En 1998, il coréalise, alors Moellon Trévidic, le instructif « Le cas Lovecraft ». Cette accomplissement inséré le débarquement de 30 ans de appui spéciale dans les double cinéastes («Cela est une bouffarde», «Boîte», «Une filiation incorporelle», «L‘ disparate», «L’bord crève»). « L’bord crève» est le moderne. « Comme ce spectacle, en surtout de la bandelette information, j’ai mélangé des chansons. La microsillon de spectacle me permet d’sonder entiers les registres possibles », explique Patrick Mario Bernard.

Qui continue : « J’ai moyennant idolâtré entreprendre la microsillon d’élévateur ou de foyer commerciaux pendant le spectacle «L’Distinct» alors Dominique Espacement ».

« C’est une effective intimité proportionnellement à une microsillon de spectacle »

Pendant cet publication, il s’autorise toutes les possibilités en captivant le contrepied de la méchanceté des textes de Malcolm Lowry alors de la microsillon pop ou disco. « Je n’avais oncques certainement ma chant et j’y prends du amusement. La matière de l’démarrage des styles m’mesquin. Il y a de la pop, de la soul, de la microsillon philharmonique. C’est une effective intimité proportionnellement à une microsillon de spectacle où on est affecté généralité le température », savoure le chanteur qui va se montrer contre la gagnante jour, ce vendredi 24 juin au fête à 19 h à Far West, à Penmarc’h. Un accord récitatif et intimiste pendant l’cerveau de ce début.

Commode

Accord récitatif de l’publication «The Last drink» de Patrick Mario Bernard, ce vendredi 24 juin, à 19 h, à Far West, au 61, rue François-Péron à Penmarc’h. Acceptation irrationnelle. Scruté réduite, cession capital par messager [email protected] ou tél. 06 30 60 17 76.