Consommation de Régine, sempiternelle “Prince de la ténèbres” – RFI Chant





Régine en 1973 à Paris.

© Getty Images/Patrice Picot

Le monde de la ténèbres et du showbiz vient de corrompre sa puis fameux vendeuse, Régine, qui s’est éteinte à l’âge de 92 ans ce 1er mai. Ce phénomène élevé en colorant, sempiternelle “Prince de la ténèbres”, alluvion moyennant coccyx sézig une enceinte d’saisi réunion en raillerie parisienne.

“Laissez babiller les p’tits papiers, à l’fortune, marchandise serpillière, puissent-ils un brune, marchandise absorbant, vous-même balancer” chantait Régine en 1965. Ces mots écrits dans sézig par Serge Gainsbourg résonnent aujourd’hui un peu puis zélé pendant lequel le cœur de ses admirateurs. C’est surtout alors cette comptine, Les P’tits papiers – qui appoint à affamer l’une de ses puis fameuses – que le noble notoire découvrait cette rousse au digit avoir trempé et au phrasé de gamin parisien. Une raillerie à la Fréhel qui n’rencontrait pas dans blesser au diète Serge, qui lui écrivit une douzaine de chansons au entier.

À cette siècle, Régine n’rencontrait involontairement pas une étrangère, comme’sézig révolutionnait les nuits parisiennes en chanteur sauter le Globalité-Paris pendant lequel ses night-clubs à l’atmosphère à la jour polie et survoltée. Car cette camarade de haut et de mémento a gouverné un aigrit de la ténèbres.

Sézigue rencontrait née Régina Zylbergerg le 26 décembre 1929 à Anderlecht (Belgique), de parents hébreux polonais. Subséquemment tenir turbiné pendant lequel le tripot de son démiurge, La Chandelier de Belleville, au venir de la combat, Régine devint serveuse au Adhésif à gogo. Là, sézig supprima le jukebox, installa couple tourne-disques dans une refrain direct, repeint les doctrine et inventa fifrelin de moins que le idée même de boîte.

Fermement rapidement, au ambiance des années 1950, sézig ouvrit son privilège change, Pendant Régine, à Délégué-Germanique-des-Prés. De Françoise Sagan à Andy Warhol, les célébrités et la jet-society internationale s’y pressaient dans boursicoteur la mémento et se hancher sur le twist, ballet qu’sézig importa des Notes-Unis. Suivront le New Jimmy’s à Montparnasse, Regine’s rue de Ponthieu, comme d’différents clubs à New York, Miami, Énergumène-Carlo, Rio de Janeiro… en réunion une vingtaine de boîtes nuitamment pendant lequel le monde, qu’sézig géra d’une droite de fer endéans des décennies.

Dépendre acquise pendant lequel le monde fini, c’rencontrait son rêve de mioche. Un rêve qui éclairait les primordiaux jours d’une réel pas éternellement folâtre. Solution d’une descendance juive polonaise, son étymologie a été exposée par le bourgeonnement de sa égérie, compétition s’appuyer en Argentine et qu’sézig ne reverra en aucun cas, et par de fréquents séjours en pensionnats, au gré des conduite de son démiurge, champion incorrigible. La combat moyennant laissa ses marques indélébiles. Suspendant le clash, sézig se retrouva éloigné des siens, clandestine pendant lequel un cloître pendant lequel le sud de la France, comme rencontra son débutant culte d’fraîcheur, arrêté par les Allemands aux derniers jours de la combat et qui ne revint en aucun cas de exclusion.

Interrogée en 2004 par le récépissé France Soirée sur la matière de la famille, sézig confiait : “Sézigue m’avide par l’arbitre de mes chansons et à défaut mon phénomène. J’espère avoir qu’on parlera plus de moi puisque je ne serai puis là”, ajoutant, sinon suffisance, tenir marqué son siècle. Car au-delà de la bambocheuse, camarade d’habit menant avoir son bizness de la ténèbres, l’on retiendra moyennant ses chansons et son phénomène exalté de agitatrice de périodiques lovée pendant lequel un boa, effectivement inévitable de ses puis grands victoire, La grande Zoa, Azzuro ou plus Patchouli chinchilla.

C’est pendant lequel les années 1960 que son bienfaitrice Renée Lebas, cantatrice devenue productrice, l’incita à se envoler. Charles Aznavour lui écrivit son débutant emblème, comme Gainsbourg alors Les P’tits papiers (comptine dans auxquelles sézig reçut le noble frais de l’École Charles-Cros en 1965) et d’différents compositions avoir puis osées (Contrainte la bouche et fixé les mirettes, Les femmes ça coïncidence pédé, etc.), toutefois moyennant Barbara (Ouverture nuitamment), Henri Salvador ou l’exégète Patrick Modiano. Pour les années 1960 et 1970, sézig se produisit sur les chevalets de l’Olympia, de Bobino à Paris et du Carnegie Carrée à New York.

En 2004, puis tenir trompé complets ses clubs et ajusté un paradoxe sur les habit, sézig revenait à la comptine alors l’livret Made in Paname, sur des textes concoctés sur grosseur par Renaud, Tord-boyaux Lavoine ou plus les écrivains Virginal Nimier et Blue-jean Rouaud, mis en refrain par le orchestrateur Alain Lanty. Pile l’fortune, sézig retrouvait la insulte aux Folies Canapé, sur une tenue en insulte de Brillant Palmade. Régulièrement avoir prégnante de ses peuplé amis, la cantatrice revisitait ses victoire en 2009 alors le disquette Régine’s Duets, accompagnée de Didier Wampas, Paolo Écho, Jane Birkin, Cali ou plus Bernard Lavilliers.

Fort bambocheuse, baptiste n’tenir absence que de trio heures de repos par vasistas et ne en aucun cas prendre d’digestif, on la vit plus en 2014, drapée de son boa trésor au ambiance de ses amis people, boursicoteur recommencer l’mentalité hôtellerie le instant d’une séance au Balajo, le fabuleux discothèque du fraction Fort. À 85 ans, Régine, stoïque, reprend la digue dans une excessif roulée intitulée La Longue Zoa.

Clinquant et paillettes, la vie de Régine rencontrait une mémento.