Chaning Tatum, ou l’acteur qui savait tout faire

Avant que Channing ne puisse m’en dire plus sur sa société de production, Iron Horse Entertainment, et son travail sur Magic Mike, nous apercevons une femme en train de pousser sa voiture sur une rampe de sortie de l’autouroute. On vient de passer l’aéroport Bob Hope, à peu près à l’endroit où naissent les montagnes du Verdugo. La femme a la quarantaine et pousse de toutes ses forces son véhicule, essayant désespérément de faire bouger la Toyota Camry en panne. Évidemment, nous nous arrêtons.

« Il y a de la fumée, dit Channing Tatum. Peut-être que la voiture brûle. »

Ni une, ni deux, il ouvre sa portière et s’élance vers le véhicule en panne. La femme est au bord des larmes. Wallace III, son petit-fils, un bambin aux cheveux tressés, est sur le siège arrière, et elle a peur que la voiture explose. « Sortons le gamin de là », dit l’acteur, une réplique qu’il a déjà probablement dû lancer dans un film. Elle est d’accord. « Sean, dit-elle. Je m’appelle Sean. Vous savez, comme Sean Puffy Combs. »

Channing est là depuis un bon quart d’heure – à passer la tête sous le capot, à farfouiller dans les tuyaux, à tirer sur les jauges et demander à Siri de trouver une dépanneuse – avant que la femme ne se rende compte qu’elle a déjà vu ce bon samaritain en chemise à carreaux quelque part. « Attendez… Vous êtes… euh ? C’est euh… et vous êtes venu m’aider ? »

Pour elle, Channing Tatum, alias « Euh », est tout simplement la célébrité la plus susceptible de débarquer à l’improviste et de réparer sa Toyota. « Euh, tu crois que tu peux faire redémarrer ce truc pour moi ? »

Tatum et Collins s’activent. Notre chauffeur est plus calé en mécanique, la star le seconde très bien. Il se glisse derrière le volant pour mettre le contact. Tire un sourire à Wallace III. Verse de l’eau dans un réservoir à côté du bloc moteur. Fait un câlin à Sean. « J’aimerais pouvoir dire que je m’y connais en voiture… », dit-il lorsque Collins résout enfin le problème.

Il faut changer un tuyau, mais la voiture tiendra bon jusqu’à la station-service la plus proche. « Je viens de mettre tout mon argent dans le réservoir d’essence », dit-elle, les mains sur les hanches. « Je peux pas payer pour un nouveau tuyau. » Presque machinalement, Channing la prend à part et lui glisse un billet de 100 dollars, peut-être deux, dans la main. « Fais-le réparer, dit-il. Fais-le tout de suite. Ne reste pas coincée ici. Roule doucement. Mets bien tes clignotants. »

Avant de gagner les bureaux d’Iron Horse, nos mains empestant la poudre à canon, nous nous arrêtons dans la maison de Channing Tatum et de sa femme, l’actrice Jenna Dewan, à Laurel Canyon. Une odeur de bougie parfumée flotte dans l’atmosphère. Partout, des fleurs. Des citrons et des citrons verts poussent sur les arbres de la cour. La légende veut que le terrain ait appartenu à Charlie Chaplin. Après la roulette russe, toute cette vie débordante est un vrai réconfort. Dewan, nous accueille sur le pas de la porte, tout sourire. Les deux se sont rencontrés sur le tournage de Step up à Baltimore il y a sept ans et ne se sont plus quittés depuis. « Salut, petit visage », lui dit Tatum, en déposant un baiser sur ses lèvres. Le pitbull du couple, Lulu, arrive en bondissant.

x